5
De la violence, de la rage et beaucoup d'émotion. Une mise en scène à couper le souffle. Le cinéma coréen a encore frappé.
4
Porté par son réalisateur-acteur principal, vraie pile électrique, le film est en danger d'en faire trop ou de sombrer dans l'apitoiement. Mais c'est cette énergie qui fait [sa] valeur et en décuple la portée.
4
Marquant d'abord par son explosivité folle et les énergies inouïes qui le secouent, Breathless s'impose finalement comme un beau mélodrame blessé, à la pudeur confondante
5
Yang Ik-june signe magistralement, avec ce premier film, une oeuvre dont la violence, parfois choquante, est une dynamite dont il se sert pour extraire, tel un minerai précieux, la profonde humanité de ses personnages.
5
Un film qui dérange en même temps qu'il reflète la société coréenne. Un premier film, radical, rageur.
5
Entre éclats de rire et de violence, l'acteur/réalisateur réussit là une oeuvre dure, filmant les fêlures intérieures avec une distance respectueuse, tout en nuances.
3
la façon qu'a le film de laisser entendre qu'un pays incapable d'aimer ses enfants produit des pères indignes qui engendreront à leur tour de mauvais fils abolit l'idée d'une "bonne" Corée opposée à la "méchante".
5
Ce premier film coréen est à la fois âpre et doux, brutal et émouvant, farouchement indépendant Breahtless est un film à couper le souffle.

Recent content